La Villeneuve est un lieu-dit situé au nord-est du territoire communal sur lequel se trouve certains sites archéologiques les plus vieux de Langoëlan. Le plus anciens de ceux-ci est le dolmen de la Villeneuve appelée Ty-Ar-Toriganet.

la villeneuve

 

 

 

La légende raconte qu'un korrigan qui transportait trois pierres, une sur la tête et deux sous les aisselles, fut surpris dans une tempête qui le figea sur place. On aurait par la suite posé la "table" du dolmen. Cette dalle a une circonférence de 7m50 dans sa partie la plus large.

file000324

Deux piliers se trouvent face à face et un troisième orienté au nord-ouest. L'ouverture permettant d'accéder sous le dolmen se trouve à l'opposée. Il est probable que dans le prolongement de cette ouverture se trouvait d'autres pierres, placées en deux colonnes qui formaient une allée couverte à l'entrée du site. Cette hypothèse vient du fait qu'à 200m, on trouve d'autres pierres dans le lit du ruisseau, similaires à celle du dolmen. Celui-ci est daté de -4000 av j.c, époque à laquelle furent édifiés les menhirs de Carnac. Il est placé sur une parcelle appelée Parc Goh Forn, "le champ du vieux four".1

Situé à 600m à l'ouest du dolmen, le groupe de menhirs de la Villeneuve n'est plus visible aujourd'hui. Toutes les pierres furent culbutés dans des talus et des fossés.

Enfin, à 400m au nord, en bordure du site éoliens, se trouvait la villa de la Villeneuve dont il ne reste plus rien, la parcelle ayant été exploitée.

 

A la Villeneuve, les traces de pratiques religieuses humaines et d'habitations sont plus qu'ailleurs présentes. Pour finir, notons, qu'à la Croix St Denis se trouvait un ancien lieu de culte païen transformé en chapelle à l'arrivé des chrétiens.

Bout de casque romain

Flibule romaine

*Pièce la villeneuve

  1. Pièce antique présentant une figure humaine sur sa face

    Verso de la pièce avec une divinité

  2. Pièce romaine avec deux légionnaires romains

  3. Pièce romaine avec empereur

  4. Pièce romaine avec empereur et devise

  5. Pièce du Moyen-âge, portant les trois fleurs de lys royale.

  6. Pièce de 1836 à l'effigie de Napoléon III et portant au verso l'aigle impérial

 

Merci à M. Dominique Perron, gardien du dolmen et inventeur des objets ci-dessus.

 

 


 

1Parcelle 356 du cadastre napoléonnien de 1820